Le parfum des cendres

Marie Mangez

À propos du livre

Les parfums sont toute la vie de Sylvain Bragonard. Il a le don de cerner n’importe quelle personnalité grâce à de simples senteurs, qu’elles soient vives ou délicates, subtiles ou entêtantes. Tout le monde y passe, même les morts dont il s’occupe tous les jours dans son métier ­d’embaumeur.
Cette manière insolite de dresser des portraits stupéfie Alice, une jeune thésarde qui s’intéresse à son étrange profession. Pour elle, Sylvain lui-même est une véritable énigme: bourru, taiseux, il semble plus à l’aise avec les morts qu’avec les vivants. Elle sent qu’il cache quelque chose et cette curieuse impénitente veut percer le mystère.
Doucement, elle va l’apprivoiser, partager avec lui sa passion pour la musique, et comprendre ce qu’il cache depuis quinze ans.

Sélection Prix Envoyé par la Poste
Sélection Prix Première Plume
Sélection Prix du roman Coiffard
Sélection Prix des lecteurs de l’Escale du Livre
Sélection Prix des lecteurs Esprit large
Sélection Prix du roman Cezam

Presse

Marie Mangez signe l’un des plus intrigants premiers romans de la rentrée.
Olivier Mony, Livres Hebdo.

Marie Mangez se livre à une exploration très subtile et drôle de la naissance d’une complicité.
Isabelle Spaak, Le Figaro.

Sublime !
Sandrine Bajos, Le Parisien.

Un roman qui a le mérite de l’originalité.
Frédérique Fanchette, Libération.

De l’émoi, pour tous les sens.
Cédric Petit, Le Soir.

Avec délicatesse et une pointe d’humour (noir parfois), Marie Mangez confronte deux natures opposées qui, comme des aimants, s’attirent autant qu’elles se repoussent. […] Un premier roman plein de grâce et d’allant.
Blandine Hutin-Mercier, La Montagne.

Cela fait très longtemps que je n’ai pas été aussi bousculé, chamboulé et emporté par un pareil roman, qui brille autant par sa générosité et son humanisme que par son originalité. Portée par des personnages profondément attachants et un style à la fois très accessible et très travaillé, mêlant avec brio drôlerie, ironie et émotion, l’intrigue vous happe dès les premières pages. 
Jean-Philippe Blondel, Est Eclair.

L’originalité du thème et la poésie du style font que ce livre riche d’arômes et d’humanité se hume du début à la fin, de la mort à la vie.
Denis Trossero, La Provence.

Un premier roman plein de poésie et de douceur qui met nos sens en éveil.
Amélie Descroix, France Dimanche.

Une vraie rencontre humaine menée mezzo vocce par l’aisance, la maturité et la saveur de l’écriture contrastée de Marie Mangez dans ce roman qui résonne comme un requiem.
Laurence Bertels, La Libre Belgique.

C’est un premier roman original et haletant. Un roman qui se dévore, une écriture riche et imagée. 
Anne-Charlotte Pannier, La Voix du Nord.

Ce premier roman nous séduit par sa puissance d’évocation du monde des senteurs et par le charme qui s’en dégage.
Ariane Bois, Psychologies.

Au-delà de l’originalité de ce premier roman magnifiquement (res)senti, ce qui frappe, c’est l’aisance de l’auteur.
Chantal Livolant, Le Télégramme.

Un roman au parfum de mystère.
Alphonse Guillaume, Modes & Travaux.

Marie Mangez signe un roman intrigant, original et très réussi en donnant toute sa place au corps et aux sens qui l’animent.
Clémence Roux, Marie France.

Un premier roman original, à la fois piquant et profond.
Isabelle Duranton, Notre Temps.

Parfums de mort et odeurs de vie sont l’essence de ce premier roman singulier, bien parti pour se faire remarquer dans cette rentrée littéraire.
Le Courrier Picard.

Les libraires

J’ai beaucoup aimé Le Parfum des cendres, beau et impertinent, culotté et très réussi. Une superbe façon d’évoquer et transcrire les odeurs.
Librairie L’Écume des pages, Paris.

Marie Mangez réussit à nous surprendre, avec poésie, elle nous offre une palette de sens en éveil et nous fait sourire en abordant pourtant le sujet risqué du rapport complexe qu’entretiennent la vie et la mort.
Librairie Coiffard, Nantes.

Un livre que j’ai beaucoup, beaucoup aimé ! Quelle belle découverte, et assez surprenante pour un premier roman à la fois maîtrisé et d’une très belle écriture. Vraiment impressionnant.
Librairie du Canal, Paris.

Prenez Jean-Baptiste Grenouille du Parfum, enlevez-lui son côté psychopathe, transposez-le à l’époque moderne version ours thanatopracteur retiré de la société et faites-lui rencontrer une jeune femme fraîche et curieuse. Secouez et obtenez cette jolie histoire de retour à la vie sur fond de fragrances délicates. Pour ceux qui s’étaient régalés avec Ensemble, c’est tout d’Anna Gavalda.
Librairie Pantagruel, Marseille.

Un premier roman envoûtant, plein de douceur et profondément vivant, où tous nos sens sont en éveil. Une réussite !
Librairie Gallimard, Paris.

Le parfum des cendres et l’un de mes plus gros coups de coeur de cette rentrée. Ce livre est une véritable merveille, vraiment brillant et original ! Je n’ai pas pu le lâcher avant d’avoir lu les derniers mots.
Librairie Panier de Livres, Caluire.

Quand la poésie éclate là où on s’y attend le moins et s’enrichit de fragrances et musique. Un premier roman touchant, sensuel, émouvant, vivant ! Coup de coeur de la rentrée !
Librairie Atout Livre, Paris.

Ce livre contient de formidables pages sur les parfums, ces odeurs qui nous traduisent, qui disent beaucoup de nous et dont souvent on n’a pas conscience. C’est un sujet fort original, traité avec beaucoup de finesse et de volupté.
Librairie Durance, Nantes.

Le livre est passionnant, on ne peut le quitter facilement. La maîtrise de l’intrigue est parfaite, il est impossible d’imaginer à la lecture de cet ouvrage, qu’il est le premier roman de cette auteure.
Librairie Le Failler, Rennes.

Quand Sylvain embaumeur de métier accepte qu’une jeune stagiaire, Alice « Kelkchose », le suive dans son quotidien pour finir sa thèse sur les thanatopracteurs, il est loin d’imaginer le bouleversement que cette rencontre va produire sur le cours de sa vie. […] Voici un premier roman très réussi, original, délicat et subtil comme un parfum. Un plaisir de lecture. Un coup de coeur.
Librairie du Coureau, Marennes.

J’ai adoré ce texte magnifique et très sensoriel. Une très belle découverte.
Librairie Le Passeur, Bordeaux.

Marie Mangez surprend avec cette histoire d’odorat et de destin contrariés, rythmée et décapante. Tout réside dans ce subtil mélange d’humour, de gravité et d’émotion qui rend ce livre fort attachant. Un agréable moment de lecture.
Librairie des Halles, Niort.

Dans ce premier roman, Marie Mangez réussit le tour de force de réenchanter le monde des morts grâce au personnage de Sylvain, embaumeur sensible aux plus délicates nuances d’odeurs. On pense forcément au Parfum de Süskind. Quelle réussite !
Librairie Le Comptoir des lettres, Paris.

Marie Mangez nous emporte avec poésie, orginalité, brio et fluidité dans le monde des senteurs et de la mémoire olfactive.
Librairie Entrée Livres, Verdun.

Un premier roman qui éveille les sens ! La musique, la poésie, et surtout les odeurs s’entremêlent dans ce superbe roman. Avec une écriture très sensible et touchante, Marie Mangez nous entraîne dans son univers vivant et coloré.
Librairie Martin Delbert, Agen.

Un coup de coeur pour ce duo aussi improbable qu’irrésistible qui va séduire plus d’un lecteur. Qu’elle sent bon cette histoire !
Librairie La Grande sauterelle, Marseillan.

Un premier roman d’une grande originalité : la profession du personnage principal surprend, puis nous sommes happés par la poésie et la sensibilité qui se dégagent au fil de notre lecture. Une jolie découverte !
Espace Culturel Avranches.

Un très beau texte, à la fois profond et impétueux. Le ton est très juste, l’histoire très douce et la qualité littéraire indéniable. 
Librairie Le bonheur, Montrouge.

div id= »book-links »>Lire le début

Roman

2021

13,5 x 20 cm

240 pages

isbn 978-2-36339-150-6

18,50 euros