Ils étaient chouettes, tes poissons rouges

André Vers

André Vers - Ils étaient chouettes tes poissons rouges

À propos du livre

Après l’atelier, on se retrouvait au bistrot pour un verre de Beaujolais et une belote avec les copains, pendant que les dames papotaient à Uniprix avant de préparer la gibelotte de lapin et que les plus vieilles nourrissaient leur chat. Le soir, dans la chambre qu’on n’appelait pas encore un studio, on gambergeait : un jour, on l’aurait, la deux-chevaux, et peut-être même le pavillon, avec les nains sur la pelouse. Mais avant de s’endormir, on rêvait surtout des jambes de la voisine du deuxième, des seins de la boulangère, de la démarche de la serveuse… L’amour, c’était là la grande affaire.

Dans ces nouvelles, André Vers ressuscite malicieusement un Paris révolu, le petit Paris des années 50-60, celui des Halles, des meublés et du rosbif du dimanche.

Inédit

Presse

Ce recueil est un mets de gourmet: d’une matière première très ordinaire, André Vers tire des saveurs subtiles, aigres-douces, tendres-amères. Et compose une exquise comédie humaine miniature.
Astrid de Larminat, Le Figaro littéraire.

D’exquises fantaisies, toutes d’absurde et de drôlerie. C’est un véritable cadeau que de nous donner à lire cet humaniste facétieux.
Véronique Cassarin-Grand, Le Nouvel Observateur.

André Vers n’est pas vraiment un nostalgique des années 50, plutôt un émotif qui rougit facilement quand la mémoire lui revient. […] Le nouvelliste n’a rien oublié: surtout pas les seins de Fernande, la boulangère de l’Épi d’or….
Christine Ferniot, Télérama.

Le chef-d’œuvre miniature de ce recueil demeure le texte qui donne son titre à l’ensemble, les retrouvailles entre deux anciens amants dignes des meilleures nouvelles de Tchekhov.
Eric Naulleau, Le Matricule des Anges.

Nouvelles

2014

12 x 17 cm

112 pages

isbn 978-2-36339-031-8

12,50 euros