Que les étoiles contemplent mes larmes

Mary Shelley

Que les étoiles contemplent mes larmes, par Mary Shelley (Journal d'affliction)

À propos du livre

Italie, été 1822. Le poète Percy Shelley traverse le golfe de Livourne à bord de l’Ariel, un petit voilier qu’il vient d’acheter. La mer est agitée, fait chavirer l’embarcation et emporte le jeune écrivain. Sa veuve, Mary Shelley, auteur du mystérieux Frankenstein, n’a pas encore vingt-cinq ans.
La douleur soudaine, brutale, anéantit la jeune femme qui entame alors l’écriture d’un journal, son Journal d’affliction, qu’elle tiendra jusqu’en 1844. C’est une œuvre bouleversante, élégiaque et exaltée, écrite par une femme brisée qui consigne au jour le jour les souvenirs de son amour, sa souffrance et sa solitude. Ces pages, mi-journal de deuil mi-lettres d’amour, sont parmi les plus belles de la littérature romantique.

Inédit

Presse

On est ébloui par sa prose sublime qui se lit comme un roman des soeurs Brontë.
Kerenn Elkaïm, Livres Hebdo.

Sur deux décennies, le journal d’affliction de Mary Shelley illustre son destin d’héroïne romantique.
Elisabeth Miso, Florilettres.

Un journal qui nous fait mesurer ce qu’il en coûtait d’être une femme libre dans la société encore inégalitaire, et au fond, misogyne.
Nelly Kaprièlian, Les Inrocks.

Journal

Traduit et présenté par Constance Lacroix

2017

13,5 x 20 cm

264 pages

isbn 978-2-36339-089-9

19,50 euros