Une grandeur impossible

Paul Gadenne

Une grandeur impossible - Paul Gadenne

À propos du livre

A travers les onze textes de ce recueil — chroniques parues dans Combat, dans les Cahiers du Sud, extraits de ses carnets,… — Paul Gadenne nous livre quelques clefs de son œuvre.
Il nous dit combien il est important de prendre son temps, de savoir s’arrêter, de jouir de l’immobilité (Discours de Gap), il nous présente quelques uns de ses Maîtres (Dostoïevski, Proust), examine l’œuvre de ses contemporains les plus notoires (Sartre, Beckett, Montherlant,…), il tente d’analyser la trajectoire de Brasillach ou de Drieu, il nous dit son émotion devant une exposition de reliques de la déportation. Bien d’autres choses encore.
Ce livre est une approche intelligente de ce climat particulier de l’après-guerre; on sent chez Gadenne ce mélange d’espoir et de désenchantement propre à toute une génération.

Presse

Dans ce recueil de textes inédits, Paul Gadenne intervient dans les décombres de l’après-guerre. A rebours de l’agitation de son temps et de la dispersion qui éloigne l’homme de lui-même, il plaide pour le recueillement, l’immobilité et le rassemblement personnels: «Fermer les yeux pour mieux voir, s’arrêter pour mieux avancer.»
Ses chroniques sur la Correspondance de Dostoïevski, les pièces de Pirandello et de Sartre, les livres de Beckett, le style de Proust ou le journal de Du Bos révèlent un critique au jugement puissant qui cherche la tension intime, l’élan spirituel et la maîtrise des idées. Ses pages sur les lettres de Dostoïevski, «homme traqué», sont admirables de justesse et de finesse. Il réfute la thèse de Sartre et soutien que l’enfer, loin de dépendre des autres, est en nous, dans les volontés contradictoires qui fondent notre être. Gadenne comprend, par exemple, la cohérence suicidaire de Brasillach, salue même son courage face au peloton d’exécution et ne pardonne pas à Drieu La Rochelle son suicide, emporté par son «culte pour une grandeur impossible».
Paul Gadenne appelle chacun à se réapproprier son intériorité pour mieux la reconstruire. Ce chemin doit passer par l’écriture et mener «vers la création de soi».
Jean-Claude Raspiengeas, La Croix.

Paul Gadenne était de la même trempe que les Raymond Guérin, Jean Reverzy ou Jacques Chauviré, tous écrivains de l’immédiate après-guerre, discrets, attentifs à la vie et peu enclins au vacareme des salons. […]
Ce recueil [est] une jolie encyclopédie de poche, à l’usage de tous.
Martine Laval, Télérama.

Deuil de la grandeur, exigence de la solitude, tout Gadenne est dans ces pages exhumées de ses Carnets ou de quelque revue. Pour l’essentiel, un écrivain s’y penche sur d’autres écrivains.
Olivier Mony, Sud Ouest.

Chroniques présentées par Didier Sarrou

2004

12 x 17

144 pages

isbn 978-2-912667-21-2

14 euros

Il existe un tirage de tête : 35 exemplaires sur papier myosotis à 40 euros. (contacter directement l’éditeur)