Martel en tête

André Vers

André Vers - Martel en tête

À propos du livre

« Il lui fallait bien se rendre à l’évidence, il était vieux maintenant, même sa femme le lui rappelait, sans prendre de gants.
Jusqu’à son malheur, il n’avait pas eu conscience de son âge, pas conscience d’avoir changé. Les saisons en se suivant avaient usé la vie sans qu’il y prenne garde. »
Mais quel est ce malheur qui a pu à ce point changer le Bricou ? En vérité pas grand chose, un événement banal, presque insignifiant, mais pourtant cela suffit pour qu’il se mette martel en tête. Sa vie bascule. Et si les autres riaient de lui, s’il n’était plus bon à rien, et si sa femme le trompait, peut-être même a-t-il la gale…
On rit beaucoup à la lecture de Martel en tête mais, le livre refermé, on se dit qu’on est tous un peu des Bricou…

Martel en tête fut publié pour la première fois par les éditions Edmond Nalis en 1967, avec une préface de Georges Brassens, et des témoignages d’amitié de Jacques Prévert, Jean-Pierre Chabrol, René Fallet et Guy Béart.

Presse

Ce qui nous est dit dans ce texte, avec un charme qui fait parfois penser à une chanson de Brassens, est si vrai qu’il ne peut que nous accompagner longtemps.
Céline Ottenwaelter, Le Revue Littéraire.

C’est ce qu’on appelle de la belle ouvrage.
François Cérésa, Le Figaro littéraire.

Martel en tête est une belle découverte, un vrai bonheur de lecture.
Alain Girard, L’Humanité dimanche.

Un petit livre richement modeste ou modestement riche, dont l’apparente simplicité cache un art consommé de la narration et, surtout, une manière de regarder le monde qui le rend profondément attachant.
Bernard Quiriny, Chronic’art.

Une heureuse redécouverte.
Alexandre Fillon, Livres hebdo.

Roman

Préface de Philippe Claudel

2006

12 x 17 cm

192 pages

isbn 978-2-912667-32-8

16 euros